Danse




Le danseur Malkovsky (1925)


Malkovsky vivait avec les Martel, à Saint-Jean-de-Monts. Il y rencontrait de nombreux artistes, participait à des soirées costumées, partageait avec eux des temps de naturisme en forêt et sur les plages. Dans leur villa-atelier au 10 rue Mallet-Stevens à Paris il présentait ses danses et ses études sur le mouvement humain.


De la collaboration avec les frères Martel, il subsiste des photos, des dessins faits en 1922, pour le monument à la mémoire de Debussy, inauguré le 17 juin 1932 boulevard Lannes à Paris, quelques sculptures.


Comparaison entre le modèle d'étude à gauche et la sculpture en céramique craquelée à droite


Etude pour le danseur Malkovsky


La danse (1927)



Ci-dessus des danseurs de fandango et ci-dessous une affiche de Joël Martel illustrant la danseuse espagnole Nana de Herrera.



Danseuse dénudée

Début septembre 1964, un père et sa fille posent devant la statue des danseurs du bocage, face à la gare de La Roche-sur-Yon. Après avoir été longtemps interdite et combattue par le clergé catholique, la danse se trouve un écrin de pierre. Au début des années 1950 en effet, les frères Martel, sculpteurs et folkloristes, originaires de la Garnache, obtinrent à La Roche-sur-Yon la commande d’une sculpture de danseurs pour la place de la gare. Il leur fallait comme modèles un couple de danseurs du bocage vendéen. Les frères Martel ont recruté leurs modèles au sein de la société des « Vendéens de Paris » à laquelle ils appartenaient. Créée en 1893, cette vénérable fraternité accueillait entre autre en son sein, des activités de danse.



Jan Martel avec le groupe des danseurs et chanteurs du marais vendéen en 1942 aux Sables d'Olonne (fonds atelier Martel)

Dès 1933, la très jeune bazogeaise Jacqueline Belaud avait adhéré à la société des « Vendéens de Paris » avec ses parents Victor et Louise, originaires du bocage vendéen et installés dans la capitale. Plusieurs groupes de danseurs étaient actifs alors au sein des « Vendéens de Paris ». Il y avait un groupe sablais, le groupe maraîchin des frères Martel, excellents danseurs et un groupe nommé « Le quadrille vendéen ». Formé essentiellement d’adhérents de la société des « Vendéens de Paris », ce groupe de « bocains » fut actif de 1946 à 1958 et il était dirigé par Victor Belaud. On y dansait le quadrille, l’autrichienne, la polka, l’avant-deux. C’est ainsi que Jacqueline, en grisette et pèlerine, Victor, son père, chapeau vissé sur la tête, ont posé dans l’atelier des frères Martel, rue Mallet-Stevens, dans le XVIème arrondissement de Paris, en 1951. La sculpture a dû être installée à La Roche l’année suivante, en 1952.



Jacqueline et Victor Belau posent devant la statue des frères Martel, à La Roche-sur-Yon, en septembre 1964. Photographie album Michèle Belau.



Dessin préparatoire à la sculpture Les danseurs du bocage, 1952 (Archives municipales de La Roche-sur-Yon)




La danse vendéenne du bâton


Une superbe farandole de danseurs orne la façade du groupe scolaire du centre à Luçon. Cette sculpture porte la seule signature de Joël Martel.