Vitesse



" Vitesse ", plaque en aluminium des frères Martel

Les deux frères Martel étaient passionnés de vitesse et les moyens de locomotion rapide sont une de leur sources d'inspiration : avion, automobile, motocycle, train, paquebot ...




Le plus étonnant dans le parcours des deux frères sera l'échec de Joël une première fois au permis de conduire. Il le repassera et l'obtiendra en se présentant à la place de Jean. Bizarrement c'est donc Jean qui obtint le permis en ne l'ayant jamais passé et Joël qui avait été finalement reçu ne le possédait pas ! Ils conduiront néanmoins chacun de leur côté en jouant de leur gémellité et Joël utilisera un duplicata du précieux document. 

Ci-dessous un extrait du catalogue de l'exposition " Quand l'Art Déco séduit le monde "



Maquette d'avion des frères Martel


L’Automobile et l’Aviation

L’effort déployé lors de la Première Guerre mondiale amène des nouvelles avancées technologiques dans l’aviation et l’automobile. Mis en scène par un cinéma naissant, le mouvement et la vitesse vont inspirer les artistes et les architectes. Ces derniers sont confrontés aux nouvelles problématiques et aux nouveaux besoins d’un monde qui change, qui communique et qui se transporte vite, de plus en plus vite.



Voyager par les airs est désormais possible. Henri Farman transforme son bombardier – Le Goliath de 1917– en premier avion de ligne. Pour aller très vite d’une capitale à l’autre, les architectes Art Déco conçoivent leurs premières aérogares, tours de contrôle et pistes d’atterrissage. Les peintres, les sculpteurs et les affichistes s’emparent de la légende en racontant à l’infini les nouveaux exploits et les distances conquises.

Louis Renault comme André Citroën commencent à fuseler leurs voitures, ce qui produira les fameuses Torpédos. Les sculpteurs créent des bouchons de radiateur ou « mascottes » qui racontent l’époque et célèbrent ses gloires : Suzanne Lenglen, Dranem, Mistinguett ou Le Kid de Charlie Chaplin. Les architectes Robert Mallet-Stevens, Michel Roux-Spitz,
Albert Laprade, rivalisent d’imagination pour ranger et « empiler » les automobiles dans de très fonctionnels garages.



Le monument à René Guilbaud



Ce monument, œuvre de deux sculpteurs vendéens, est érigé à Mouchamps, pour l'enfant du pays, René Guilbaud, disparu dans les mers polaires. Brillant aviateur, il est placé, cette année-là, au service de l'explorateur norvégien, Amundsen, pour secourir le général Nobile, perdu au pôle Nord. Il part à bord de son hydravion, le Lathan 47, qui s'écrase en mer le 18 juin 1928. Cette sculpture représente un avion planté dans le sol avec le commandant Guilbaud au centre. Sur les ailes est gravée l'histoire de l'aviateur.






Le monument placé sur le bord de la vallée d'une petite rivière a été orienté de telle sorte que le commandant René Guilbaud regarde le Nord.



Hommage à l'Arc en Ciel est un Bas-relief en bronze doré, signé JJ Martel en haut à gauche avec l'inscription " Le premier service aérien Paris-Buenos-Aires-Paris réalisé en mille neuf cent trente trois par L'Arc en ciel avec l'équipage Mermoz-Mailloux-Manuel-Jousse et le constructeur René Couzinet ". Il est présenté sur un socle en bois teinté noir Historiquement cette célèbre plaque a été réalisée pour être offerte en souvenir de leur exploit à chaque membre de l'équipage. Elle n'a été réalisé qu'en cinq exemplaires, chacun étant nominatif.  Celui présenté ici est dédicacé : " Au mécanicien Camille Jousse ".




Le monument à Edouard Grammont

Les jumeaux Martel réaliseront à Grenoble, un monument dédié au coureur automobile Edouard Grammont, qui trouva la mort sur sa Bugatti Type 35 lors de la première édition du circuit du Dauphiné.


C'est sur le circuit de Grenoble-Eybens, le 10 août 1930 qu'il trouve la mort, à l'âge de 24 ans, au volant de sa Bugatti après un accrochage avec Savora, un autre concurrent, qui s'en sort indemne. 





Plaque décorative rectangulaire en pierre sculptée figurant une voiture lancée à toute vitesse. Elle est enserrée dans une base rectangulaire en noyer. Signée sur la plaque en bas à droite "J.Martel". Le modèle utilisé pour cette œuvre est le monument dédié à Edouard Grammont à Grenoble. Coureur automobile et aviateur, Edouard Grammont s'est tué alors qu'il participait au circuit du Dauphiné. Les deux bas-reliefs qui ornent ce monument traduisent habilement le mouvement et la vitesse.



Le monument à André Boillot



En sortant de La Châtre, sur la D 943 vers Châteauroux, un peu avant le sommet de la côte d'Ars, sur une route à droite en direction de château d'Ars, se trouve le monument à André Boillot, à quelques mètres à gauche, au bord du tracé de l’ancienne route. C’est à cet endroit, dans la commune de Montgivray, que se tua ce pilote automobile le 15 juin 1932, également ancien pilote de chasse.




Les camions


Les armes de la Ville de Paris au-dessus de l'entrée de la troupe de la caserne des sapeurs-pompiers de Passy (dite caserne Dauphine) située 8 rue Mesnil dans le 16e arrondissement de Paris, sont sculptées par les frères Jan et Joël Martel. 

La Navigation


Le buste d'Alain Gerbault

Ce buste d'Alain Gerbault est l’œuvre de Jan Martel. Il représente le navigateur français (1893-1941) qui réalisa en 1923 la première traversée de l’Atlantique en solitaire à la voile, ralliant en 101 jours Gibraltar à New-York. Le navigateur repart en 1924 et effectue un tour du monde qui lui vaudra une renommée internationale. Ce plâtre est l’original du bronze, Monument commémoratif à Alain Gerbault, qui est conservé au Musée des Sciences de Laval. 


Alain Gerbault (1952) Plâtre patiné (73,5 x 37,5 x 31,5 cm)

Les trains



Locomotive en marche (1931)



Locomotive. Maquette en métal du réseau des Chemins de fer français modèle / Photographie rehaussée de gouache (1931).