Le monument à la gloire de la 5e Armée à Guise (Aisne)

Le monument à la gloire de la 5e Armée à Guise (Aisne)

Ce monument est situé en haut de la ville dans la patte d'oie formée par la route de Laon (D946), la rue du Général de Gaulle (E44-D1029) et le CD 586 de Landifay à Guise. GPS : 49°53'29" N / 3°37'31" E

Ce monument est un hommage à la 5e Armée française qui s'illustra à la Bataille de Guise le 29 août 1914, comporte une sculpture en bas-relief des frères jumeaux Jan et Joël Martel. Il a été inauguré en 1929.


Modèle du relief en plâtre de 1929 du monument de la Cinquième Armée (60 x 200 cm).
        
Le monument à la Cinquième Armée s’élève à l’entrée sud de la ville pour commémorer la bataille de Guise du 29 août 1914 et la « victoire », très provisoire, de l’armée commandée par le général Lanrezac sur l’armée allemande. La bataille engagée par Lanrezac sur ordre du généralissime Joffre retarde l’avancée allemande et compromet sa manœuvre d’enveloppement de Paris par l’ouest.


Erigé à l’initiative des proches du général Lanrezac, décédé en 1925, le monument a valeur de réhabilitation du militaire, limogé par Joffre après la bataille de Guise pour manque de combativité. La veuve du général et son fils, les membres de son état-major en août 1914 et des soldats ayant combattu à Guise assistent à l’inauguration, le 28 avril 1929.


Dans son édition du 29 avril 1929, Le Petit Journal, publie un compte-rendu de la cérémonie et décrit sommairement le monument : « Sur la route de Saint-Quentin se dresse le monument qu’on va inaugurer. Il est beau et imposant. Le socle porte les noms des régiments ayant pris part à la bataille. Un bas-relief offre un groupe vivant où, autour du général Lanrezac, du maréchal Franchet d’Espèrey [le général est fait maréchal en 1921], du général Hély d’Oissel, du colonel Leroux, des troupes se dressent prêtes à l’attaque ». Le relief est l’œuvre des frères Jan et Joël Martel, auteurs de nombreux monuments commémoratifs de la Grande Guerre, membres fondateurs, en 1929, de l’Union des Artistes Modernes présidée par l’architecte Robert Mallet-Stevens. Les sculpteurs connaissaient Guise. Ils avaient, en 1922, réalisé le monument aux morts du Familistère et participé sans succès au concours pour le monument aux morts de la ville de Guise.

Le modèle en plâtre conservé au Familistère de Guise est à demi-grandeur du relief en pierre du monument à la Cinquième Armée. Les artistes représentent non le combat, mais la préparation de la bataille. Le sujet leur permet de donner au commandement toute son importance, et aussi de composer une image dont le calme sied à leur art. De part et d’autre du groupe central décrit par Le Petit Journal, la cavalerie et l’infanterie, appuyées par un char d’assaut (incongru en 1914 !), prennent position en bon ordre devant la ville de Guise, figurée idéalement par des cheminées d’usine et une porte fortifiée. La simplification des formes et le jeu délicat des ombres et des lumières sont caractéristiques du style des frères Martel.




Ci-dessous des clichés du jeudi 9 juin 2017 Jacques Desbarbieux