Les Martel et Mallet-Stevens

Les frères Martel participèrent à Paris à des expositions au Salon des indépendants, au Salon d'automne, au Salon des Tuileries et à l'Exposition des arts décoratifs de 1925, où ils présentent, en collaboration avec Robert Mallet-Stevens, des arbres cubistes en ciment armé qui défraieront la chronique. Une réalisation destinée à montrer la solidité du béton armé en architecture.




Une réplique en béton et résine de l’arbre cubiste des sculpteurs Joël et Jean Martel a été réalisée, par l'architecte Marc Mimram, en 1998 pour figurer devant le musée des années 30 de Boulogne-Billancourt. Cette sculpture de 8,50 m de haut, fabriquée entièrement en Ductal® (BFUHP = Béton Fibré Ultra Haute Performance de Lafarge), constitue une véritable prouesse technique et artistique. En effet, le tronc est précontraint par fils adhérents. Les qualités intrinsèques du matériau ont permis notamment la fixation complexe des feuilles - des plaques en béton dont certaines ne dépassent pas 6 cm d'épaisseur - au tronc.



Dans la Villa Noailles, que l'architecte réalise à Hyères en 1923-1928, ils exécutent également un bas-relief sur la colonne centrale du hall et un miroir polyédrique. Ci-dessous la maquette miroir polyédrique.



En 1926-1927, Mallet-Stevens construit un hôtel particulier pour les deux frères au n°10 rue Mallet-Stevens à Paris dans le 16e arrondissement (photo ci-dessous), dont la porte d'entrée principale est conçue par Jean Prouvé. Il est ensuite aménagé par Francis Jourdain, qui réalise en 1928 des meubles coulissants pouvant être déplacés sur deux tringles parallèles fixées au mur, par Gabriel Guevrekian, qui dessine une grande chambre à coucher-studio, puis en 1929-1930 par Charlotte Perriand qui exécute un studio-bar à portes également coulissantes. Cette maison-atelier qui contient plusieurs de leurs œuvres est classée au titre des monuments historiques depuis le 11 décembre 1990.



Plusieurs de leurs œuvres sont présentes dans la Villa Cavrois que Robert Mallet-Stevens construit à Croix de 1929 à 1932.