Le chalet des Gets

Quand on associe Robert Mallet-Stevens avec le terme “ chalet ”, on évoque la demeure de Maison-Laffite appelée ainsi car les Mallet y recevaient des artistes comme Degas, Pissarro, Monet et Sisley. 



Un chalet (un vrai), lui est attribué en Haute-Savoie aux Gets, au lieu dit de La Mouille-aux-blés. Dans un état assez dégradé, il était promis à la démolition. 



Ce thème architectural est unique dans l’œuvre de Mallet-Stevens, il n’a construit que six villas. Pour ce chalet, il se soumet au vocabulaire de l’architecture vernaculaire en optant pour une structure à ossature bois bardée de clins horizontaux. 


Le plan rectangulaire écarte toute composition pittoresque, renonce à toute symétrie, au traditionnel soubassement en pierre et adopte une toiture monopente. L’intérieur est ouvert à la lumière, rationnel, parfaitement équipé, adapté à la fonction. Les matériaux ne sont pas coûteux, la qualité vient de la valeur d’usage du mobilier et des espaces. Ainsi l’aménagement intérieur est-il soigneusement dessiné. 

En 1924, il déclare : “ Rationnel, le logis de demain sera commode, habitable, sain, clair, parce que là sont ses véritables devoirs. ”








Une œuvre commune de Robert Mallet-Stevens et des frères Martel



Un article publié dans Architecture & Stations